The Shining (1980) – 991 films

Pour terminer la soirée, le second Stanley Kubrick que nous avons regardé était The Shining.

Le style était un peu différent… Passer de la comédie noire à l’horreur fut un choc, mais un choc bien apprécié. Aussi, la longueur du film, sa lenteur et sa cadence, nous ont permis de nous habituer peu à peu au changement d’ambiance.

Inspiré d’un roman de Stephen King, le film raconte l’histoire d’une petite famille qui doit garder, et donc habiter, un grand hôtel perdu dans les montagnes pendant l’hiver. Une fois la première tempête de neige passée, impossible de se rendre à l’hôtel, ou d’en sortir. Jack Torrance, joué brillamment par Jack Nicholson, a pris le poste pour pouvoir écrire dans l’isolement un roman. Sa femme Wendy (Shelley Duvall) et leur fils Dany (Danny Lloyd) l’accompagne. Le problème, c’est que le dernier à avoir occupé ce poste est devenu fou, tuant toute sa famille et lui-même.

À travers les semaines, Jack sombre peu à peu dans la folie, alors que son fils a des hallucinations sur les meurtres qui ont eu lieu précédemment dans l’hôtel. Plus le temps avance, et plus Jack devient violent, jusqu’au paroxysme du film, où la tension est à son comble et où tout commence. Le suspense que battit le film depuis plus d’une heure éclate et fait place à l’horreur.

Par contre, ce suspense m’a semblé un peu trop long à bâtir, alors que le film a quelques longueurs au milieu. Cela dit, il y a un esthétisme fascinant dans ces scènes lentes et détaillées, en particulier celle où Jack est dans les toilettes, discutant avec le majordome, qui se révèle être l’hallucination de l’ancien gardien de l’hôtel. J’ai aussi eu de la difficulté avec l’évolution psychologique de Jack. On la voit bel et bien changer, avancer très lentement vers la folie, mais la raison de cette évolution m’a échappé, ou disons peu satisfait. J’ai d’ailleurs trouvé un peu étrange, même mal exploité, tout l’aspect fantastique du film.

Néanmoins, il s’agit d’un excellent film d’horreur qui m’a donné des frissons, et qui a su me tenir en haleine, surtout à la toute fin, durant cette scène de poursuite et d’hystérie mémorable. La scène où Wendy jette un coup d’oeil au manuscrit de Jack est également bien saisissante. Je comprends donc pourquoi il s’agit d’un classique, mais je prendrai quand même un certain temps avant de le regarder de nouveau.

Publicités

À propos de Odysseus

Mélomane, zythophile, et autres passions.

Publié le 18 mai 2012, dans 1980, Horreur, Horreur psychologique, Thriller, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. EcouteurMystique

    Je ne suis pas d’accord avec ta critique, mais j’ai sans doute une très haute opinion de ce film, et aussi j’adore le style de kubrick, sa lenteur, sa présence, la façon dont il pèse sur chaque scène. C’est un des rares films qui soient complètement fantastique, avec une part de mystère qui restera, lui donnant un coté presque métaphysique. Je conseille de voir « L’échelle de jacob » et « Lemming » pour d’autres films dans le même style. Et bien sur, d’éviter de lire la jaquette du film pour une surprise plus totale !

    Dans le film, Jack glisse vers la folie de façon explicable, mais l’explication est dérangeante. Pour quelqu’un de rationnel, la raison serait la solitude des lieux, sa faiblesse psychologique intrinsèque. Mais on assiste plus à un acte de possession, voir même de réincarnation, comme si Jack n’avait jamais été celui qu’il croit être, mais le gardien des lieux.
    C’est un film qui se déguste, et vous aurez davantage de plaisir le jour où vous reviendrez dessus.

  2. J’en suis sûr ! Comme les autres Kubrick que j’ai vus, il s’agit d’un film suffisamment complexe pour que plusieurs visionnements soient nécessaires afin de pouvoir en juger pleinement. Mais j’ai encore de la difficulté avec son style… J’adore les films lents et à suspense, tels que le premier Alien ou The Good, the Bad and the Ugly de Sergio Leone, mais on dirait qu’avec Kubrick, quelque chose cloche; quelque chose me reste inaccessible. Cela dit, ce n’est pas le réalisateur qui se laisse aborder le plus facilement ! Et, quelque part, c’est peut-être ce qui me fascine chez lui.

    Je prends bien entendu en note vos deux suggestions, et ne manquerai pas de vous en communiquez mes impressions, ici, dès qu’ils seront vus. Et un jour, je regarderai de nouveau The Shining, avec votre commentaire en tête…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :